Véganisme abolitionniste

Carnophallogocentrisme

Deux mots sur le carnophallogocentrisme…

Plaît-il? Carnophalloquoi? Carnaval, c’est ça?

Oui, en quelque sorte, mais un carnaval avec des masques de tristesse et de douleur. C’est celui que nous offre notre « civilisation » contemporaine avec le massacre inutile de milliards d’animaux humains et non humains pour…pourquoi au juste?

Le carnophallogocentrisme, ce mot concocté par Jacques Derrida désigne les trois piliers sur lesquels sont construites nos civilisations: sacrifice des animaux, phallocentrisme et logocentrisme. Malheureusement, ce concept n’a que peu été étudié. Et pour cause: il remet en question les fondements de nos sociétés, leurs trois piliers.

Logocentrisme

Ah, le grand Logos, tout est mesuré par rapport à lui.

Soit tu l’as, ou peu, ou pas du tout.

Et ceux qui n’en ont pas, ou en ont moins, n’ont pas le même droit de vivre que ceux qui l’ont.

L’animal serait dépourvu de raison et de parole.

Il y aurait donc infériorité de l’animal par rapport à l’homme.

La supériorité de l’homme doit être montrée par le sacrifice de l’animal.

CQFD

Sacrifice de l’animal

Le sacrifice de l’animal est donc nécessaire pour fonder la suprématie de l’homme sur l’animal, et sur le vivant en général, soumis à sa souveraineté, tant sur le plan réel que sur le plan symbolique. Cette souveraineté fonde également toute autre forme de souveraineté, telle que la souveraineté politique ou la souveraineté de l’homme sur la femme.

« Le pouvoir politique en Occident est incarné par l’homme de sexe masculin qui se pense comme rationnel et qui exprime cette rationalité à travers la parole censée faire le propre de l’homme en conséquence » (Patrick Llored, Jacques Derrida, politique et éthique de l’animalité, p.23)

Phallocentrisme

Tout comme l’animal, le femme aurait été « naturellement » soumise à l’homme puisque intellectuellement plus proche de l’animal, physiquement plus faible et parce qu’il leur manquerait quelque chose entre les jambes. Et tout se définirait par rapport à ce quelque chose. Celles qui veulent prouver le contraire devraient s’en approprier…et cela resterait une histoire de…, qu’on le veuille ou non.

Soit tu l’as, soit tu ne l’as pas, et si Fermer tu ne l’as pas tu dois t’en approprier. Les prêtres nous l’ont dit et certains psys ont repris le flambeau.

Tout le reste n’est qu’aveu de faiblesse ou d’un problème, c’est comme ça. Sinon, notre civilisation est en danger!

 

Le carnophallogocentrisme est le prisme inconscient à travers lequel nous pensons habituellement. Il est le socle du paradigme carniste.

Une fois que l’on a accepté le paradigme végane, le socle carnophallogocentriste est peu à peu dévoilé, mettant en évidence de nouvelles perspectives.  Ici, la convergence des luttes prend tout son sens.