Écosocialisme

Peakoil

Qui n’a pas entendu parler de la « fin du pétrole », des « limites des réserves de pétrole » etc. ? Mais peu de personnes ont vraiment conscience du problème étant donné que les chiffres normalement annoncés évoquent des réserves de pétrole pour encore des dizaines d’années, voire même plus. Qui plus est, même si les choses changent peu à peu, la grande majorité des économistes, journalistes et commentateurs de l’actualité n’a pas véritablement conscience du problème, ce qui n’est pas vraiment encourageant pour mener un débat constructif sur des sujets tels que la croissance économique ou l’écologie.

En fait, le concept de « peakoil » ou de « pic pétrolier » ne signifie pas la fin du pétrole, mais la fin du pétrole à bon marché, c’est-à-dire la fin du pétrole facile à extraire. Ainsi, à peu près la moitié du pétrole conventionnel, c’est-à-dire le pétrole qui a mis des millions d’années à être formé, a déjà été extrait des sols. La moitié restante qui suffirait en théorie encore pour des dizaines d’années comme l’affirment certaines personnes, est cependant de plus en plus difficile et plus couteuse à extraire. En pratique, nous avons donc déjà dépassé le pic pétrolier qui est le point d’extraction maximum des pétroles conventionnels, la moitié restante étant de plus en plus difficile à extraire et nécessitant des techniques et moyens de plus en plus onéreux : les forages de plus en plus profonds dans des zones de plus en plus difficiles d’accès telles que la haute mer ou les régions polaires sont en effet nécessaires pour assurer la production mondiale. Les coûts d’extraction augmentent et l’exploitation des puits de pétrole sont de moins en moins viables économiquement. Bien sûr, on entend souvent parler de nouveaux gisements de pétrole découverts, mais ces découvertes sont ridicules en comparaison de la déplétion des gisements géants découverts dans les années 50 à 70. En clair, les nouvelles découvertes ne peuvent compenser le déclin inéluctable des anciens gisements, et ceci malgré une technologie d’extraction de plus en plus efficiente – et de plus en plus polluante.

Croire que le marché résoudra le problème est une monumentale erreur, car même si des progrès dans les techniques d’extraction sont indéniables, l’économie ne peut supporter qu’une énergie de bon marché pour continuer à fonctionner telle qu’elle fonctionne actuellement. Les énergies non conventionnelles et les énergies non renouvelable risquent fort de ne pas être suffisantes pour faire fonctionner une civilisation telle que la nôtre. Et il ne faut pas oublier les économies émergentes qui elles aussi ont de plus en plus soif d’énergie.

Même si l’humanité réussit à opérer le « switch » en renouvelable, celles-ci ne sont pas plus durables que le pétrole car elles nécessitent des métaux rares et terres rares qui aux aussi connaîtront ou connaissent déjà leur pic d’extraction. Le charbon permet bien de compenser dans une certaine mesure le déclin du pétrole, mais les conséquences sur les émissions de COsont catastrophiques. Le nucléaire est peut-être aussi une solution de transition mais, outre les problèmes de sa dangerosité, il est également sujet à déplétion, les matières fissibles étant aussi proches de leur pic et leur exploitation étant largement dépendante du pétrole, ne serait-ce que pour l’acheminement.

Bref, l’équation énergétique n’est pas simple, voire impossible à résoudre, et il est peu probable que la digitalisation et la mise en réseau de l’exploitation de l’énergie afin d’en optimiser l’utilisation selon les modèles de « développement durable » ne soit pas suffisante pour contrecarrer le problème et permettre une transition « soft » telle que prônée par les tenants de l’économie circulaire.

Il existe de nombreux ouvrages et sites sur ce sujet et j’invite le lecteur à s’informer vu l’importance du sujet. Je conseille tout particulièrement la lecture du blog « oilman » (http://petrole.blog.lemonde.fr) de Matthieu Auzanneau, ou encore le site de Richard Heinberg (http://richardheinberg.com). Une BD bien faite pour expliquer le pic pétrolier :http://www.stuartmcmillen.com/fr/comic/le-pic-petrolier/#page-1.