• Écosocialisme

    Dilemme du prisonnier

    Je ne pourrais mieux expliquer le dilemme du prisonnier que l’économiste Bernard Maris : « La « main invisible », l’harmonie sociale d’une société laissée à elle-même, affirme l’efficacité du marché autorégulé. Avec le dilemme du prisonnier, ce sont les économistes libéraux eux-mêmes qui vont démontrer que le marché est inefficace. C’est ça qui est passionnant.En 1951, John Nash, prix Nobel 1994, mathématicien fou qui a donné naissance à un roman et à un film, démontre un résultat essentiel pour l’économie (J. F. Nash, « Non-Cooperative Games», in Annals of Mathematics, vol. 54, 1951 p.289-295), qui ruine le concept de concurrence. Deux prisonniers sont enfermés dans une tour. L’un des deux a…

  • Écosocialisme

    Dessinons un gâteau

    L’économiste Kate Raworth insiste beaucoup sur la représentation visuelle de l’économie, et même si cela peut paraître puéril, les neurosciences démontrent combien les images ont contribué à façonner les grandes évolutions culturelles de l’humanité depuis « l’homme des cavernes » jusqu’à l’homme moderne[1]. Une image souvent utilisée pour démontrer la nécessité de la croissance est celle de la grandeur du gâteau. Cela n’est pas une image utilisée par Kate Raworth qui préfère les doughnuts, mais dessinons tout de même des gâteaux: Précisons que chaque gâteau est ici divisé en 100 parts En effet, actuellement le 1% le plus riche de la population mondiale détient plus que les autres 99% selon les chiffres…